/  Le fer   /  Le fer : un élément clé pour le métabolisme ?
le fer slider

Le fer : un élément clé pour le métabolisme ?

Le corps est en effet quelque chose d’extraordinaire. Partant du principe qu’il est composé de nombreux constituants, tout ce qui s’y trouve possède une importance capitale pour son bon fonctionnement pour transporter l’oxygène etc. Il en existe des milliers d’éléments à travers le corps que l’on ne pourrait tous citer dans cet article. Chacun de ces éléments possède aussi ses propres caractéristiques, leurs origines, mais aussi leurs localisations dans le corps. Parmi ces éléments, il y a celui qu’on appelle le fer. Alors, qu’en est-il de cet élément ? Ses propriétés, le rôle qu’il joue dans le corps, son mode de fonctionnement. Dans cet article, vous allez découvrir les faits concernant le fer.

Le fer est un élément clé de l'organisme agissant spécialement au niveau des globules rouges

Le fer : qu’est-ce que c’est ?

En guise de définition, le fer un élément spécifique du corps humain. Plus précisément un oligo-élément existant en petite quantité dans le corps, spécialement au niveau des globules rouges. Il en existe environ 2,5 à 4 g de fer qui sont bien réparties dans les hémoglobines des globules rouges, dans les myoglobines des muscles rouges, et à travers les nombreuses réactions enzymatiques nécessaires pour la respiration cellulaire. Dans le tableau périodique des éléments chimiques, le fer porte le symbole Fe.

Le fer se présente aussi sous deux formes différentes dont : le fer héminique provenant des viandes, et le fer non-héminique provenant des végétaux et produits laitiers.

Quels rôles joue le Fer au sein de l’organisme ?

Le fer est un acteur principal pour le bon fonctionnement du métabolisme. À la liste, il est par exemple un constituant important de l’hémoglobine des globules rouges, de la myoglobine, c’est-à-dire, le facteur de l’approvisionnement en oxygènes de nombreux organes à travers le corps.

À part cela, le fer fait partie de la structure de nombreux enzymes, qui jouent aussi un rôle clé dans les réactions métaboliques comme la synthèse d’ADN ou la production de catécholamines.

Le fer intervient aussi dans les cytochromes, qui sont les principaux acteurs dans la production d’énergie utiles aux cellules.

Mais en plus de cela, le fer est un élément important pour les enfants en phase de croissance. Il intervient dans le développement des fonctions cognitives (capacité de traitement des informations).

Et enfin, le fer intervient dans la réponse immunitaire anti-infectieuse, la tolérance du corps face aux efforts, et à l’équilibre de la température interne.

L’absorption du fer au sein de l’organisme

Comme ça a été énoncé dans les précédents paragraphes, le fer se présente sous deux formes dont le fer héminique et le fer non-héminique. Elles proviennent tous deux de sources alimentaires bien distinctes, et bien évidemment, l’absorption du fer dépend principalement de la source. En temps régulier, l’alimentation quotidienne permet au corps d’obtenir entre 10 à 15 mg de fer par jour. Sauf que 1 à 2 mg de ce dernier est absorbé dans une partie du corps dont l’intestin grêle.

Le fer héminique absorbé par l’organisme s’élève entre 15 à 25 %, tandis que pour le fer non héminique, elle s’élève entre 2 à 20%. Pour rappel, le fer héminique provient des viandes et poissons, et le fer héminique quant à lui provient des fibres et produits laitiers. Aussi, les secrétions au niveau du pancréas et acidité gastrique ont un impact sur l’absorption du fer en général.

Après l’étape d’absorption du fer, celui-ci est fixé à la transferrine pour être transporté dans les cellules ciblées. Suite à cela, la quantité de fer éliminé au quotidien varie entre 1 à 2 mg par jour. Ce mécanisme se fait dans les selles après avoir été stocké dans les organes de stockage (la rate, le foie, la moelle osseuse).

Le fer pour prévenir l’anémie au cours d’une grossesse

Le risque d’anémie au cours d’une grossesse est particulièrement élevé dans le cas où la mère connaît un grand déficit en fer. Dans ce cas de figure, il se peut qu’il y ait un risque d’accouchement prématuré, de fausse-couche, ou de faible poids de naissance du bébé. Cela est notamment dû au fait que durant la grossesse, l’assimilation du fer augmente exponentiellement. En ces termes, une supplémentation est conseillée au cas où la mère est atteinte d’un déficit en fer. Évitez de consommer du thé pendant les repas, prenez les 30 min après. Évitez également les aliments qui peuvent compliquer l’absorption du fer.
Consommer plutôt des aliments riches en fer et des fruits aussi riches en fer.

Le fer pour réduire la fatigue au quotidien

Le manque de fer dans le corps peut amener à une fatigue générale. Son implication dans le bon fonctionnement du métabolisme lui permet aussi de corriger les phénomènes de fatigue. Ce qui signifie qu’une supplémentation en fer ne serait pas de refus afin de rester en bonne forme.

En bref, le fer est un élément chimique d’appoint pour le corps humain. Elle tient un rôle important pour faire fonctionner normalement l’organisme, mais aussi pour corriger des problèmes tels que : l’anémie, la fatigue. Cependant, son absorption doit être équilibrée pour ne pas avoir de risque d’excès ou de carence.