/  Le fer   /  Que savoir du lien entre le fer et le sport ?
Le fer et le sport

Que savoir du lien entre le fer et le sport ?

Le fer est un oligo-élément capital pour la survie de l’être humain. Des compléments comme la Lactoferrine aident à fixer le fer. Le fer se présente sous deux formes : le fer héminique d’origine animale et le fer non héminique d’origine végétale. Chez les sportifs, le besoin en fer se fait plus exigeant. C’est un phénomène appelé « anémie de dilution » ou « sport anemia » en anglais. Pour en savoir plus sur le rapport entre le fer et le sport, lisez cet article.

La relation du fer et du sport

L’importance du fer chez les sportifs

Les sportifs fournissent des exercices physiques permanents. À chaque effort sportif exercé, les muscles du corps exigent un volume d’oxygène plus important pour être performants. Or, le fer est l’oligo-élément qui permet au sang de faciliter la circulation de l’oxygène. S’il vient à manquer, les muscles ne seront pas bien oxygénés et finiront par s’épuiser à force de chercher une autre source d’énergie.

La carence en fer et ses conséquences sur le sportif

Tout d’abord, il faut retenir que la déficience en fer est une réponse physiologique à l’exercice physique. Les pertes en fer chez un non-sportif sont normales. Elles se font généralement à travers des sécrétions digestives, à travers l’urine ou la chute de la partie superficielle de l’épiderme sous forme de lamelles cornées ou de lambeaux. Le sportif quant à lui est exposé à des risques de déficit en fer plus élevé.

Ce déficit est causé par la destruction des globules rouges. En effet, les vaisseaux peuvent recevoir des chocs pendant l’effort intense fourni dans une discipline sportive et ce choc affecte les globules rouges. Outre la destruction des globules rouges (qui peuvent être également provoqués par l’onde de choc occasionnée par la course à pieds par exemple), les microhémorragies digestives représentent aussi des causes de carence en fer chez les sportifs.

Lorsqu’un sportif est en carence de fer, il peut être moins motivé par la pratique d’exercices physiques due à l’essoufflement et la fatigue constante. On remarque aussi chez ce dernier une certaine irritabilité et une pâleur de la peau. Le bon fonctionnement des muscles est altéré parce que ces derniers manquent d’oxygène.

Les aliments riches en fer

Pour corriger une carence en fer, on peut prendre un complément alimentaire à base de comprimés, à l’adoption d’une alimentation riche en fer ou à la modification de l’entrainement sportif.

Voici une liste de quelques aliments riches en fer, à connaitre absolument :

• Le foie de veau ;
• Les palourdes ;
• Les viandes rouges ;
• Le soja ;
• Les haricots blancs ;
• Les moules ;
• Les graines de tournesol ;
Les noix et amandes ;
• Le chocolat noir ou la poudre de cacao non sucré ;

La vitamine C et l’absorption du fer

Une chose est de prioriser la consommation d’aliments riches en fer dans son alimentation, mais une autre est de s’assurer que le fer ingéré est bien assimilé par l’organisme. La solution qui idéalement répond à cette inquiétude est la vitamine C.

La vitamine C est un puissant facilitateur de l’absorption du fer non héminique. En effet, la vitamine C contient un élément appelé l’acide ascorbique. C’est cet élément qui favorise l’assimilation du fer par le corps. Pour être efficace, la vitamine C doit être prise au même moment que le fer. Associez des aliments riches en fer à des aliments riches en vitamine C (fruits) pour créer la parfaite synergie qui donnera une bonne assimilation du fer.
Attention également aux aliment qui peuvent freiner l’absorption du fer comme le thé vert etc.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les bienfaits de la Lactoferrine je vous invite à regarder le lien suivant :

Les bienfaits de la Lactoferrine

Pourquoi sommes-nous en carence de fer ?

Voici dans cet article toutes les explications de la carence en fer.