Prévenir la carence en fer

Carence en fer: pourquoi sommes-nous en carence, comment prévenir une carence en fer?

Le fer, ce précieux minéral, est l’un des constituants de l’hémoglobine jouant une fonction capitale au sein de notre organisme. Nous vous conduisons à travers cet article à la découverte du fer, ses bienfaits pour l’organisme et les effets d’une carence en fer.

Il est nécessaire de prévenir la carence de fer pour éviter de subir des fatigues régulières

Nos besoins en fer

Le fer est l’élément chimique indispensable à l’organisme pour son bon fonctionnement. Le corps humain recycle et retient une grande partie du fer. En effet, un adulte en moyenne stocke entre 1 et 3 g de fer dans son corps. Environ 1 mg de fer est perdu chaque jour en éliminant les cellules mortes. Les femmes en pré-ménopause ont une perte quotidienne moyenne d’environ 2 mg. Les enfants et les adolescents ont des besoins croissants pendant la croissance et la puberté. Enfin, les femmes enceintes ont un grand besoin de fer pendant la grossesse en raison du développement rapide du placenta et du fœtus.

Les besoins nutritionnels quotidiens moyens en fer sont de 7 mg pour un homme adulte et de 12,3 mg pour une femme adulte. Ces valeurs correspondent aux besoins en consommations et pertes, et sont donc des valeurs minimales d’apport recommandées.

Au regard de ces besoins en fer de l’organisme, il convient de compenser ce manque par des aliments équilibrés pour le bon fonctionnement de ses organes vitaux.

Causes et symptômes d’un manque de fer dans l’organisme

Plusieurs causes peuvent bien être à l’origine d’une carence en fer comme par exemple lorsque, sur une période prolongée, l’apport en fer n’est plus suffisant pour répondre aux besoins de l’organisme, dépassant éventuellement notre capacité de stockage. L’apparition d’une carence en fer peut avoir plusieurs causes telles que :

  • Les pertes de sang chronique ;
  • Les maladies parasitaires ;
  • Les infections telles que les ankylostomes et les trochures, saignements occultes ;
  • Une hémorroïde à un stage avancé ;
  • Etc.

Cette carence peut bien avoir des conséquences sur le fonctionnement de nos organes vitaux et notre santé en général. La principale conséquence de la carence en fer est l’anémie ; les fatigues et étourdissements ; des douleurs, affaiblissement physique par le système immunitaire, essoufflement à l’effort ; la chute des cheveux ; sensibilité au froid, etc. Une personne souffrant d’une carence en fer peut en exprimer un ou plusieurs de ces symptômes. Le manque de fer chez une femme en état de grossesse peut occasionner une interruption de l’évolution du fœtus.
Il advient de prévenir cette carence, mieux que de la guérir.

Comment prévenir la carence en fer ?

Dans notre corps, cet oligo-élément qu’est le fer joue un rôle fondamental. Il permet de fabriquer de l’hémoglobine grâce à laquelle les globules rouges transportent l’oxygène dans tout l’organisme et évacuent le dioxyde de carbone ; la myoglobine, une protéine du muscle qui stocke l’oxygène ; et de nombreuses enzymes impliquées dans la respiration ou la production de neurotransmetteurs.
Son manque dans l’organisme peut être source de malaises et dysfonctionnement de certains organes.

Il convient alors de prendre des précautions pour éviter la carence en fer en augmentant l’apport en vitamine C par une alimentation équilibrée aux légumes et fruits par exemple, qui augmente l’absorption du fer. Limitez au maximum le thé noir, le café et le vin, ce qui ralentit l’assimilation. Consommez les plats riches en fer, ou de germe de blé et d’épices.

Retenons que tous les jours nous perdons du fer, et il nous faut compenser cette perte par un apport journalier de fer par une alimentation adaptée et riche en vitamine C.